Le Blog

Toutes les banques font des erreurs de crédit immobilier !

11 mars 2017



On se dit souvent que les plus grands banques Françaises ne sont pas concernées par les problèmes de crédits immobiliers : elles sont connues et reconnues, leur renommée n’est plus à faire, leurs conseillers sont formés et parmi les meilleures. Et pourtant, sachez qu’aucune banque n’est épargnée par les erreurs de crédits.

 

Quelles sont les erreurs les plus courantes ?

Les banques manquent généralement de rigueur dans le montage des prêts immobiliers : les erreurs sont monnaie courante, malgré la législation très stricte qui devrait être connue sur le bout des doigts par tous les conseillers bancaires. Mais ce n’est pas le cas, et vous pouvez peut-être en tirer profit… Nous vous présentons notre TOP 5, le classement des erreurs les plus courantes détectées dans l’analyse des dossiers.

Top 1

L’erreur la plus courante est celle de l’année lombarde : le TEG de votre prêt est calculé sur 360 jours et non pas sur 365 jours. Nous vous avons déjà présenté et erreur dans notre précédent article, mais saviez-vous qu’elle figurait en première place de notre classement ?

Top 2

La seconde position de notre classement des erreurs les plus fréquentes concerne la mauvaise évaluation des revenus, et leurs coûts associés, qui ont été mal intégrés au taux effectif global. Qu’elles le fassent volontairement ou non, les banques prêtent souvent peu d’attention aux revenus qui doivent réellement être pris en compte dans le calcul du prêt immobilier. Ceci peut alors avoir un impact négatif sur votre TEG et donc vous faire payer plus cher que ce que vous ne devriez.

Top 3 

La troisième erreur que nous rencontrons fréquemment concerne la mauvaise intégration des frais annexes dans le calcul du TEG : le taux effectif global doit en effet tenir compte de tous les frais, que ce soient les frais de notaire, les frais de caution ou d’hypothèque, etc. Pourquoi les banques n’intègrent pas ces frais ? Tous simplement parce que moins il y a de frais et plus le TEG est intéressant.

Top 4

La quatrième erreur que nous rencontrons le plus souvent est l’omission du taux de période : ce taux doit être indiqué dans votre contrat de prêt immobilier, et doit bien évidemment correspondre au TEG, qui est le taux annuel. S’il y a incohérence entre les deux taux, ou omission, alors il y a erreur de la banque et donc un dédommagement possible.

Top 5

La période de préfinancement doit figurer dans le prêt immobilier. Ne pas l’indiquer constitue une erreur qui est condamnable et là encore, peut peser dans la balance en cas de contestation de votre contrat.